La rue, un espace
à vivre ensemble

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Seconde rencontre du comité régional de liaison Code de la rue 1/03/13

Partagez cet article

Twitter Facebook Viadeo Linked In Mail
Informations Pratiques
  • Date Du 1 mars au 1 mars 2013
  • Lieu Créteil

Le Comité régional de liaison « Code de la rue » au Conseil Général du Val de Marne

Le Conseil général du Val de Marne a accueilli le 1er mars 2013 dans la salle des archives départementales la seconde rencontre du comité régional de liaison  « Code de la Rue » mis en place par la délégation Ile-de-France de l’association Rue de l’Avenir* avec le soutien de la Région Ile de France et de la ville de Paris. Ce comité a pour but de favoriser la communication entre les acteurs des départements d’Ile de France (élus, associations, techniciens) concernés par les questions de la modération de la circulation et du développement des modes dits « actifs » (marche, vélo) en particulier par la tenue régulière de réunions qui ont lieu dans différents départements.

Les travaux, dont il a été rendu compte à une assistance de 35 personnes, ont été précédés d’une allocution de bienvenue de Marc Thiberville, Vice Président du Conseil Général qui a encouragé l’initiative du comité régional de liaison « Code de la rue » et le travail de réflexion collective sur la cohabitation des usages qui nécessite d’être accompagné par une communication pédagogique. Il s’est félicité que différentes initiatives du département aient retenu l’attention des organisateurs et a souligné que le développement des modes actifs était une orientation particulièrement suivi sur le département.

Muriel Roelants, responsable du projet éducatif départemental du département, a tout d’abord présenté le programme « Allons au collège autrement » qui, sur trois années, a concerné 11 collèges du Val de Marne et avait pour objectif d’améliorer l’utilisation des modes actifs par les collégiens.

Les outils mis en place :

  • 1747 questionnaires pour connaître les habitudes de déplacement des collégiens et de leurs parents
  • 77 classes ont participé à des ateliers de sensibilisation aux modes actifs
  • Un plan de communication dédié a été mis en place sur l’usage du vélo, les transports collectifs et la marche.

Lors des échanges, il a été souligné que l’âge des collégiens était pertinent pour changer les habitudes et dans la mesure où les parents ont un sentiment d’insécurité fort et préfèrent amener leurs enfants en voiture, il apparaît important pour favoriser l’usage des modes doux, de mieux organiser son usage, de créer un maillage, de combattre l’idée que les doubles sens cyclables sont dangereux, de mettre en place des stationnements vélo sécurisés. Les représentants des conseils généraux de Seine Saint Denis et de Seine et Marne ont déclaré avoir été particulièrement intéressés par cette présentation qui répondait à leurs préoccupations.

Ensuite, Céline Meunier, Chargée de mission, a exposé la démarche du programme européen Bambini qui a été piloté par l’ARENE Ile-de-France. Le programme Bambini est d’augmenter, par l’éducation à l’éco-mobilité dès le plus jeune âge, l’utilisation des modes actifs et de développer les rues pour enfants par les processus participatifs. A cette fin et à la suite des importants travaux engagés sur la Région un outil web a été créé pour capitaliser l’existant :

  • 9 démarches participatives
  • 6 zones de rencontres
  • 5 rues pour enfants (62 activités sur la mobilité)

L’outil web propose également une boîte à outils avec des fiches conseils, des exemples, des propositions d’animations, des livrets et guides techniques, des fiches d’activités…

Il a été souligné que le travail sur la place des enfants dans les plans de déplacements locaux était une approche essentielle et trop souvent oubliée. http://bambini.areneidf.org/projet-bambini/en-bref-le-projet-et-limplication-de-larene/

 

Franca Malservisi, Chargée de mission au CAUE du Val de Marne, a abordé à l’aide d’exemples concrets plusieurs questions, d’une part à partir du projet londonien mis en œuvre pour aider les parcours de tout le monde et, d’autre part, de son travail sur le département sur l’inclusion sociale et l’accessibilité : Où a-t-on besoin de l’information ? Comment, compte tenu du découpage administratif, organiser une coopération pour éviter les dysfonctionnements et rendre lisible les informations destinées aux personnes handicapées et aux piétons ?

Plusieurs propositions visant à favoriser l’autonomie des déplacements ont été évoquées :

  •  amélioration et coordination de la signalétique
  • organisation et hiérarchisation des espaces publics
  • utilisation des repères urbains
  • intégration du principe de l’inclusion sociale de toutes les interventions.
  • marquer les entrées des équipements

L’exemple du Pôle Pompadour a été abordé pour souligner l’absence de prévisions en ce qui concerne les déplacements du public qui ne manquera pas de se rendre à la gare à pied et traversera donc inéluctablement le pôle.

Enfin Chantal Duchène, Maire Adjoint à Ivry, a exposé les principes qui ont été retenus dans la « Charte des espaces publics » créée pour les habitants d’Ivry pour une « signature de la ville », pour créer une identité pour la ville. L’objectif de cette charte est de créer une ville de rencontres, animée, apaisée et identifiée par ses espaces publics. Afin de réaliser cette charte, un diagnostic d’usage a été fait auprès de 600 personnes et pendulaires afin de connaître leur perception des espaces publics et d’ainsi, adapter la charte.

A la suite de cette rencontre les participants se sont retrouvés pour partager un buffet et poursuivre les échanges. Rendez-vous a été pris pour une visite de Sceaux Ville à 30km/h le 12 juin.